le blog


28 Mai, 2018

 

Dans ce 5ème épisode de Nouveau Chapitre, Marie rencontre Anne Montecer, co-fondatrice et directrice éditoriale d’Hellocoton et bloggeuse mode sur Le dressing idéal. Elle est maman de deux petits garçons Martin (8 ans) et Basile (2 ans).

Avec beaucoup de sincérité, Anne s’est confiée sur ses deux grossesses très différentes dont une marquée par la déprime de grossesse, le sentiment de culpabilité mais aussi sur le bonheur et l’apaisement que lui apportent ses deux enfants.


Très bonne écoute!



Pour suivre Anne sur Instagram :

@anne_dressingideal


Retrouvez le passage où Anne nous parle de son rôle à jouer dans l’éducation de ses garçons (et notamment l’aîné) pour en faire les hommes de demain.


« Je m’aperçois que j’ai un rôle à jouer dans le fait d’éduquer deux garçons »


Marie – Est-ce qu’il y a des valeurs que tu souhaites transmettre à tes enfants ? 

Anne – Bizarrement je ne pense pas trop à ça. Je ne pense pas trop à ça parce que je me dis je fais de mon mieux en fait. J’essaye de les élever de manière assez naturelle comme moi j’ai été élevé. Bien sûr il y a des règles de politesse sur lesquelles je suis hyper à cheval comme tous les parents : « bonjour », « au revoir », « merci ». Ça, je pense que mes enfants, enfin le grand surtout sait faire. Après je ne voudrais pas idéaliser une éducation que je ne serais pas capable de mener parce que je me suis aperçue que mon fils avait aussi son caractère et qu’à chaque fois que j’essaye d’inculquer quelque chose, ça ne se passe pas très bien parce qu’il n’est pas comme ça tout simplement.

Et en fait, c’est marrant qu’on en parle parce qu’il y a quelques semaines, je discutais avec une très bonne amie et je lui disais, je me plaignais que mon fils Martin ne sorte pas beaucoup. Il est assez casanier. Il est assez solitaire.

Je lui disais : « Mais oh là là, ça m’énerve, j’aimerais bien qu’il sorte un peu avec moi, qu’il fasse plus de trucs » et elle m’a dit « en fait ton fils il te ressemble, ce que tu me décris là, c’est un peu ton caractère à toi. Pourquoi tu ne le laisses pas vivre ? C’est son caractère, pourquoi tu veux le changer ? »

Ca a été un électrochoc, je me suis dis : « Ah ouais, en fait, c’est vrai que mon fils me ressemble beaucoup. » Du coup, je ne me pose pas la question de savoir ce que je veux lui transmettre. Je me dis que ça va se faire naturellement, je pense que les gamins ce sont quand même des éponges, ils vivent avec toi toute la journée. Donc si toi dans ta vie de tous les jours, tu es poli, gentil, bienveillant avec toi même, bienveillant avec les autres, que tu t’imposes une certaine discipline, il n’y a pas de raison que ça ne marche pas. Je ne sais pas en fait, je ne peux pas me mettre une pression supplémentaire à ce niveau là.

Après, peut-être que c’est plus facile pour moi parce que ce sont des garçons. Je ne sais pas, je ne me suis pas trop posée la question. Je sais que j’ai des copines qui ont des filles et il y a un rapport qui est différent où là je pense qu’elles ressentent une vraie pression à élever leur fille de manière à ce qu’elles s’émancipent beaucoup plus facilement, à ce qu’elles soient beaucoup plus libres. Peut être que c’est différent.

Je m’aperçois que j’ai aussi un rôle à jouer dans le fait d’être la maman de deux garçons, j’essaye de leur apprendre que même s’ils sont différents, les filles et les garçons, c’est un peu bête de faire des stéréotypes. J’essaye d’apprendre à mon aîné que même s’ils sont de sexe différent, ce n’est pas pour ça qu’il ne peut pas jouer avec des filles dans la cours d’école, ce n’est pas pour ça qu’ils ne peuvent pas faire les mêmes choses.

Ce qui est assez fou, c’est que quand mon fils était en maternelle, il avait plein de copines. Je vois pour les anniversaires, il avait invité moitié fille moitié garçon. Il avait un rapport qui était beaucoup plus naturel avec les filles, qui je trouve, se perd quand ils rentrent à l’école primaire. Je ne sais pas pourquoi, tout de suite il y a des clans : les filles ne jouent plus avec les garçons dans la cours d’école. Après je peux comprendre qu’il y ait des centres d’intérêts qui soient différents, c’est normal mais je trouve qu’il y a quand même un discours genré qui moi me gêne un peu. C’est à dire que quand mon fils rentre de l’école et qu’il me dit : « On joue pas avec les filles parce que les filles, elles font des jeux bêtes, on ne veut pas jouer avec elles ».

Là, je me dis que j’ai un rôle à jouer. Peut être de lui expliquer que si, il a le droit de jouer avec les filles s’il en a envie, que les choses, elles ne doivent pas être comme ça parce qu’on lui a dit que c’était comme ça, qu’il ne devait pas jouer avec les filles. Je pense qu’on est en train de former les hommes de demain et que c’est maintenant que tout se joue.

Donc oui, effectivement, j’ai peut-être un rôle à jouer mais bon après c’est compliqué parce qu’ils sont encore petits et qu’il faut trouver les bons mots. Il faut trouver les bons mots sans leur bourrer le crâne avec ça non plus. Je n’ai pas envie qu’ils aient cette pression là.

Venez écouter la suite sur la rubrique Podcast de notre site et sur Itunes.


Nouveau Chapitre, le podcast Joli Bump.

Je suis Marie Boyer-Aubert, fondatrice de Joli Bump, et j’ai créé Nouveau Chapitre, podcast dédié à la maternité avec la volonté de libérer la parole des femmes et créer un espace de discussion libre et sans tabou sur ce sujet passionnant.

Chaque épisode est une rencontre avec une femme pour l’interroger sur sa vision et son vécu de la maternité (avant, pendant et après la grossesse), sur la relation de la femme qu’elle est à la maman qu’elle est devenue et sur la transmission.

Retrouvez chaque épisode de Nouveau Chapitre sur la rubrique Podcast de notre site et sur Itunes.

N’hésitez pas à vous abonner et à nous laisser un avis sur Itunes!


Découvrez aussi l’épisode 14 avec Clara & Mikka Rocchia où les jumeaux sont à l’honneur. A écouter sans modération.


Découvrez nos produits à porter avant, pendant et après la grossesse sur notre E-SHOP
 

Laisser un commentaire

4 + 4 =